L’APERTURA DEGLI ARCHIVI DELLA SANTA SEDE PER IL PONTIFICATO DI PIO XII. PREPARAZIONE, RISORSE E OPPORTUNITÀ

Compte-rendu de la journée d’étude qui s’est tenue à Rome, à l’Istituto Patristico Augsutinianum, le 21 février 2020

Le 4 mars 2019, le pape François annonçait l’ouverture, à l’échéance d’une année, des archives du pontificat de Pie XII. Le lundi 2 mars 2020, les chercheurs avaient donc accès à ces dizaines de milliers de cartons, avant que les différents centres d’archives du Saint-Siège ne ferment leurs portes en raison de l’épidémie de coronavirus. Cette ouverture fut néanmoins précédée d’une journée d’étude qui s’est tenue à l’Istituto Patristico Augustinianum, à Rome, le 21 février, dans le but d’expliquer aux chercheurs et journalistes présents – plus d’une centaine – le travail de préparation des ressources archivistiques, d’exposer les modalités d’accès aux documents, et d’offrir un panorama des fonds ouverts à la consultation, à la fois en matière d’étendue archivistique, d’avancement du catalogage, et d’opportunités de recherche. Introduite par les cardinaux Pietro Parolin, secrétaire d’État, et José Tolentino de Mendonça, archiviste et bibliothécaire du Saint-Siège, la journée fut modérée par Paolo Vian, vice-préfet des Archives apostoliques vaticanes (AAV), et conclue par son préfet, Mgr Pagano, à l’origine de l’initiative. Sont intervenus les responsables et archivistes des AAV, des Archives historiques de la Secrétairerie d’État, des Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et de plusieurs autres dicastères – Cong. pour l’Évangélisation des Peuples, Cong. pour les Églises orientales, Pénitencerie apostolique, et Fabrique de Saint-Pierre –, ce qui a permis d’élargir l’horizon habituel des archives romaines, de mieux connaître et parfois de découvrir des centres et des fonds d’archives moins fréquentés.

Il fut question du gouvernement de l’Église, de la diplomatie du Saint-Siège en temps de guerre, de la charité du Saint-Père et de son attitude face à la Shoah, de l’art sacré et de la reconstruction des églises, des tensions et bouleversements qui traversent l’Église catholique, et plus généralement des mutations socio-religieuses et des défis que pose la période. L’ambition n’était pas d’apporter une synthèse mais des indications sur la composition des fonds, sur les manques et les lacunes dans la documentation, mais aussi d’en illustrer la richesse et la variété. Nombre de dossiers susceptibles d’intéresser les chercheurs ont ainsi été évoqués, offrant l’occasion de dévoiler quelques documents singuliers parmi lesquels une note de 1941 sur le séminariste Albino Luciani – futur Jean-Paul Ier –, une lettre au pape de la future mère Teresa pour la reconnaissance de sa congrégation missionnaire, ou le rapport de l’évêque de Nasaki sur la destruction totale de la ville. Si les discussions ont beaucoup porté sur la mise en œuvre d’une extraordinaire administration de la charité, la question plus polémique de l’extermination des Juifs et des « silences » de Pie XII ne fut pas centrale. Il est toutefois indéniable que ce nouveau matériel documentaire permettra une lecture historique plus complète de l’attitude du Saint-Siège face aux drames de la Seconde Guerre mondiale.

Télécharger le compte-rendu complet :

Télécharger le programme de la journée :