L’ouverture des archives du pape Pie XII : une opportunité unique pour l’histoire et les sciences sociales – communique du 2 mars 2020

L’ouverture, le 2 mars 2020, des archives vaticanes pour le pontificat de Pie XII (1939-1958) constitue une opportunité exceptionnelle pour les historiens et chercheurs en sciences sociales. Les archives romaines, qui débordent les enjeux strictement religieux et concernent presque tous les pays, vont permettre d’interroger de façon nouvelle cette période de l’histoire de l’Europe et du monde. Si l’attitude du Saint-Siège pendant la Seconde Guerre mondiale et face à la Shoah pourra être mieux comprise grâce à la documentation interne, c’est aussi l’âge d’or de la Démocratie chrétienne, les prémices du concile Vatican II, le processus de décolonisation ou encore les défis migratoires et humanitaires de l’après-guerre qui seront éclairés sous un jour nouveau.

L’envergure des archives présentées le 21 février par le Vatican à la communauté scientifique est impressionnante : plus de 120 fonds seront ouverts, dont certains d’une ampleur remarquable (totalisant parfois pour ces 19 années le même volume que pour la période 1815-1939 !).

C’est pour relever collectivement ces défis que plusieurs centres de recherche français en histoire, en science politique et en droit se sont associés autour de l’École française de Rome. Entre octobre 2019 et janvier 2020, un cycle de rencontres préparatoires, tenues à Lyon, Bordeaux et Paris, a permis à environ 70 chercheuses et chercheurs d’Europe et d’Amérique de faire un état des lieux et d’échanger sur leurs projets. À partir du mois de mars 2020, le travail se fera sur le terrain : les scientifiques commenceront à consulter les archives. Les 17, 18 et 19 juin 2020 à Rome, un colloque co-organisé par l’École française de Rome et l’Institut historique allemand (DHI) permettra de faire un bilan des premières découvertes.

Les enjeux scientifiques de l’ouverture de ces fonds invitent donc à élaborer une stratégie de recherche ambitieuse et internationale, visant à soutenir les équipes qui se lancent dans l’étude des milliers de documents qui apporteront un éclairage précieux pour comprendre le passé et mieux répondre aux défis du présent.

Fabien ARCHAMBAULT (Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie – Université de Limoges)

Magali DELLA SUDDA (Centre Émile Durkheim CNRS-Sciences Po Bordeaux)

Fabrice JESNÉ (École française de Rome)

Frédéric LE MOIGNE (Centre de recherche bretonne et celtique-Université de Brest)

Marie LEVANT (Sorbonne Université, Paris)

Laura PETTINAROLI (Institut Catholique de Paris, Unité de recherche « Religion, culture et société »)

Olivier SIBRE (Sorbonne, identités relations internationales et civilisation de l’Europe – Institut Georges Pompidou, Paris)

Christian SORREL (Laboratoire de recherches historiques Rhône Alpes -Université de Lyon 2)

Nina VALBOUSQUET (École française de Rome)