Archives de catégorie : Colloques

Appel à communications: L’Africanisation du Clergé Catholique, du début du XXe siècle à l’époque des indépendances: entre romanisation et autonomisation

Sacre de Mgr Pierre Kimbondo, premier évêque du Congo belge, en 1956

Journée d’étude

Sorbonne Université, 9 juin 2023

Au XXe siècle, le modèle missionnaire en Afrique subit d’importantes mutations, qui le font entrer progressivement dans la période des décolonisations. Le phénomène majeur, dès le début du siècle et surtout après la Seconde Guerre mondiale, est le développement du clergé africain, féminin comme masculin. Il intervient sous l’impulsion de Rome (Maximum illud en 1919 ; Rerum Ecclesiae en 1926) qui cherche à assurer le maintien du catholicisme dans les sociétés africaines. Le développement progressif du clergé africain, puis son accès à des fonctions d’encadrement dans les structures missionnaires – parfois même à l’épiscopat, comme en Ouganda (1939) ou au Cameroun (1955) –, prépare le transfert de l’organisation missionnaire vers une organisation diocésaine, généralement dans les années 1960.

La journée d’étude propose d’étudier l’évolution des différents acteurs de l’organisation missionnaire, européens et surtout africains, face à cette évolution subite. Elle voudrait, en particulier, mettre en valeur la richesse des analyses qui peuvent être tirées de l’étude du clergé africain à la fin de la période coloniale, trop peu présent dans l’historiographie. Organisée en lien avec l’ANR Globalvat, la journée d’étude saisit l’occasion de l’ouverture, en 2020, des archives vaticanes correspondant au pontificat de Pie XII (1939-1958). Elle veut souligner la fécondité des thèmes qui peuvent être traités, dans une perspective transimpériale, à partir de ces sources (en particulier les archives de la Congrégation de Propaganda fide), ainsi qu’à partir des sources missionnaires.

Axes de recherche proposés :

  1. Profils du clergé africain à la fin de la période coloniale

La journée d’étude pourra donner lieu à des études de cas sur les origines et la formation du clergé africain, ainsi que sur les positions qu’il occupe. On pourra aussi s’interroger sur les formes et les fondements des discriminations dont il est l’objet. En effet, le développement du clergé africain illustre les équivoques de la pensée missionnaire, et plus généralement du discours « civilisateur » : d’un côté les missionnaires s’engagent, avec plus ou moins d’enthousiasme, dans la promotion du clergé local ; d’un autre côté ils émettent des réserves, inspirées de préjugés raciaux, sur ses compétences, et le cantonnent le plus souvent dans des positions subalternes. Des réflexions sur le développement de congrégations féminines africaines et sur leur place dans les évolutions de l’organisation missionnaire seront bienvenues.

  • Identités et pratiques du clergé africain : entre romanisation et appropriation

Les prêtres africains appartiennent à une élite, religieuse mais aussi sociale et politique, plus ou moins européanisée, qui apparaît comme tiraillée au moins entre trois pôles de fidélité. En premier lieu les congrégations missionnaires, qui ont formé les prêtres et auxquelles ils appartiennent parfois. Les religieuses africaines, de la même manière, sont des actrices fondamentales de la mise en œuvre et de l’appropriation du projet social des missionnaires par les Africains. En deuxième lieu l’identité romaine, fortement revendiquée par le clergé africain : perçue comme un élément d’appartenance universelle, elle peut prendre une valeur égalisatrice, par-delà les appartenances raciales, et constituer un facteur d’émancipation de la hiérarchie caractéristique des situations coloniale et missionnaire. Enfin, le clergé africain se définit par des appartenances locales multiples et parfois concurrentes : ethniques, régionales, nationales.

En termes culturels, on pourra s’interroger sur la tension entre la romanisation à laquelle est soumise le clergé africain, féminin comme masculin, et les dynamiques d’appropriation dont il est acteur. À partir de l’entre-deux-guerres, les autorités missionnaires promeuvent une forte européanisation, aussi bien en termes de formation que de liturgie ou de mode de vie, qui pourrait être analysée comme une politique d’assimilation. Pourtant, même si les autorités missionnaires se montrent opposées à toute forme d’hybridation jusqu’au concile Vatican II, le développement du clergé africain repose sur des processus d’appropriation des normes qu’on pourra mettre en valeur.

  • Le clergé africain dans l’évolution des structures missionnaires 

L’organisation missionnaire est composée d’acteurs multiples aux stratégies parfois antagonistes. On s’interrogera sur leur rôle, des débuts du développement du clergé africain, jusqu’à la prise en charge par celui-ci des diocèses africains. Rome, d’abord, parvient à imposer son autorité sur l’organisation missionnaire à partir de l’entre-deux-guerres, notamment par l’envoi de délégués apostoliques, et fixe comme priorité l’africanisation du clergé. Les missionnaires, ensuite, quoique généralement convaincus de la nécessité de former le clergé africain, peinent souvent à s’adapter au changement de paradigme imposé par Rome, qui remet en cause la place des missionnaires dans la hiérarchie coloniale et l’union étroite entre mission et colonisation. Le clergé africain, enfin, sur lesquels la journée d’étude voudrait centrer l’analyse, pour mettre en valeur leur agency dans ce contexte de bouleversement du modèle missionnaire.

  • Le rôle des clercs africains dans les élites sociales et politiques émergentes 

Les clercs africains prennent part à la naissance des identités nationales naissantes de façons diverses et parfois antagonistes. Certains s’approprient le projet social des missionnaires en participant à l’appropriation du catholicisme par les sociétés locales, à son intégration dans les identités nationales en cours de formation et à la lutte contre d’autres influences (communisme). Pour d’autres, au contraire, l’engagement social et politique passe par la lutte anticoloniale et par la contestation des missionnaires.

Comité scientifique :

Jacques-Olivier Boudon (Sorbonne Université)

Laura Pettinaroli (École française de Rome)

Claude Prudhomme (Université Lumière Lyon 2)

Oissila Saaidia (Université Lumière Lyon 2)

Magloire Somé (Université Joseph Ki-Zerbo)

Laurick Zerbini (Université Lumière Lyon 2)

Organisation :

Édouard Coquet (Sorbonne Université)

Les propositions de communication (300 mots maximum, en français ou en anglais) seront envoyées avant le 30 septembre 2022 à l’adresse : edouardcoquet@hotmail.com. Elles devront comporter une indication des sources disponibles pour traiter le sujet, et être accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique (100 mots maximum).

La prise en charge des frais de transport et de séjour est conditionnée à des financements dont les demandes sont en cours. Une publication est envisagée dans une revue à comité de lecture.

Retour sur le colloque international “Guerre et génocide, reconstruction et transformation : le pontificat global de Pie XII, 1939-1958”

Rencontre organisée un an après l’ouverture des archives de Pie XII

Les 14, 15 et 16 juin, l’École française de Rome a co-organisé, avec le Deutsches Historisches Institut in Rom, l’une des toutes premières rencontres scientifiques internationales dédiées aux archives du pontificat de Pie XII (1939-1958) : Guerre et génocide, reconstruction et transformation : le pontificat global de Pie XII, 1939-1958.

Télécharger le programme

Plus d’un an après l’ouverture historique des archives du Vatican, le 2 mars 2020, et malgré les restrictions sanitaires qui ont considérablement limité la vie scientifique, le colloque a pu être maintenu en format hybride. Vingt et un intervenants participaient à distance et le public (nombreux) a pu suivre le colloque en ligne, alors que vingt autres intervenants étaient présents à Rome pour participer directement aux discussions animées par les organisateurs (Simon Unger-Alvi et Nina Valbousquet), à l’EFR, place Navone, les 14 et 16, et au DHI, via Aurelia Antica, le 15. Ouvert par les encouragements du préfet des archives apostoliques, Mgr Pagano, le colloque rassemblait ainsi en présence et en ligne plus de 40 chercheurs provenant, entre autres, de France, Italie, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Angleterre, Espagne, Slovaquie, Suisse, Danemark et États-Unis.

L’organisation franco-allemande de ce colloque international visait à répondre aux enjeux globaux de l’ouverture des archives pour un pontificat couvrant une période charnière de l’histoire non seulement religieuse, mais également politique, diplomatique, sociale et culturelle du XXe siècle. Les questions historiques abordées n’ont ainsi pas été limitées aux débats mémoriels relatifs à l’Allemagne nazie, à la Shoah et à la Seconde Guerre mondiale, et ont offert de nouvelles pistes de recherche sur la reconstruction d’après-guerre, la guerre froide, la décolonisation et la globalisation de l’Église, certaines présentations incluant aussi des espaces extra-européens.

Outre neufs panels, les organisateurs ont animé une table ronde sur « Génocide, diplomatie et humanitaire » avant et après 1945, avec Giuliana Chamedes (University of Wisconsin-Madison), David Kertzer (Brown University), Raffaella Perin (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan) et Karène Sanchez Summerer (Leiden University). Les conclusions du colloque ont été prolongées par un évènement public organisé le 16 au soir par l’Institut français – Centre Saint-Louis, autour d’une conversation entre Lucia Ceci, Simon Unger-Alvi et Nina Valbousquet, animée par Giovanni Maria Vian [à revoir en vidéo].

Ces trois journées d’échanges fructueux ont souligné la nécessité de former des réseaux internationaux et des groupes de travail collectif autour de ces nouvelles archives. En ce sens, plusieurs initiatives prolongeront les pistes et collaborations amorcées, notamment au sein du prochain programme quinquennal de l’EFR et d’un programme de la Max-Weber-Foundation co-organisé par le DHI.

CALL FOR PAPERS: War and Genocide, Reconstruction and Change: The Global Pontificate of Pius XII, 1939-1958

The global spread of COVID-19 and the situation in Italy forced the organizers to reschedule the conference to a later date (2021).

Conference hosted by the École Française and the German Historical Institute in Rome – 17-19 June 2020

In March 2020, the Vatican will open its archives for the pontificate of Pius XII. Long-awaited within the scholarly community, these new sources will allow historians to address a whole range of topics that extend beyond Eugenio Pacelli’s biography and relate to greater questions of global politics as well as twentieth-century social and economic history.

Pius XII steered the Catholic Church not only through the mass violence of the Second World War and the Holocaust, but also through the period of post-war reconstruction, the Cold War, and finally, into a new era of globalization. This pontificate, in other words, stands amidst the ‘Age of Extremes’, which forced Catholics to situate themselves in relation to conflicting ideologies, totalitarianism, democracy, and modernity. Although a period of accelerating secularization, the pontificate also witnessed the re-emergence of the Catholic Church as an influential global force.

Scholars now face a multitude of questions: What were the major institutional, social, and religious changes in the global Catholic community under Pius XII’s papacy? What was the Vatican’s attitude towards democracy and human rights as well as totalitarian and authoritarian regimes? How did Pius XII cope with Catholic ambiguities between resistance and collaboration in Nazi-ruled Europe and in the face of the Holocaust? And how important were the Vatican’s efforts of humanitarian aid in the same period? In what ways did Pius XII influence the formation of the Western alliance and the beginning of the Cold War? How did the Holy See react to the foundation of Israel or to movements of de-colonization in Africa, Asia, and South America? In addition, future scholarship will likely examine how Pius XII reacted as a theologian to challenges of secularization, mass culture, technological progress, and rapidly changing gender relations. These issues, of course, gained a particular importance in the Second Vatican Council, held only four years after Pacelli’s death.

Given the timing of the archives’ opening, this conference does not claim to provide definitive answers to open historical questions. Instead, it aims to discuss the current state of the historiography, to encourage further discussions, and to establish an agenda for future research. In particular, the conference will examine what we have already learned from the previous opening of the archives of Pius XI in order to lay a groundwork for assessing continuities and discontinuities between the pontificates of Eugenio Pacelli and his predecessor in their respective government of the Church. Thereby, the conference is not limited to biographical research on Pius XII. It also seeks to gather historians in Rome who work on Catholicism in the context of broader global events. Ultimately, we hope to form an international group of scholars who will stay in contact whilst doing archival research in the Vatican over the next decade.

Both paper and panel proposals are welcome and should be sent to Dr. Nina Valbousquet and Dr. Simon Unger-Alvi (nina.valbousquet@efrome.it & Unger-Alvi@dhi-roma.it) by January 31, 2020.

Paper proposals (for a 15-20-minute presentation) should not exceed 350 words and should be accompanied by a short CV. Panel proposals should include 3/4 papers and CVs. Accommodation will be provided and reimbursement for travel costs may also be available, particularly for younger scholars without institutional funding.