Appel à contributions : L’Année sainte 1950. Enjeux français

Journée d’étude (Brest, automne 2025)

2025 est l’occasion pour le Saint-Siège d’organiser et de convoquer une nouvelle Année sainte. Ce qui tient du rituel jubilaire et pérégrin vers la Ville éternelle s’accompagne souvent d’enjeux importants à la croisée du programme pontifical et des tensions ou réalités de l’époque. L’Année sainte de 1950 le démontre tout particulièrement. Dans le climat de guerre froide, marqué par la psychose de l’affrontement atomique (appel de Stockholm, guerre de Corée), le jubilé apparaît comme une apothéose, festive et grave, de Pie XII (à l’heure de l’apogée du culte stalinien) et un condensé de son pontificat. En ouvrant la porte de bronze du jubilé pour mieux convier les foules à Rome sous la bannière de la tradition, le pape est au centre et au sommet de sa chrétienté. Il paraît donc pertinent de le regarder un peu par la marge, à savoir du point de vue français qui couve en son sein oppositions, effritements mais aussi adhésions à son modèle.

Le catholicisme triomphal vaut d’être interrogé en son chant du cygne pour ce qu’il dit de ses agents, s’activant en coulisse dans les rouages de la mobilisation des foules. De même l’édification, surtout quand elle est la plus absolue, encourage le regard critique, ou du moins distancié sur l’événement de masse. Les foules n’ont pas qu’un rôle d’attestation de la puissance ou de l’autorité. Elles peuvent aussi en révéler les failles, les contradictions et même les tensions du décor.

L’ouverture des archives du pontificat de Pie XII, au cœur du programme de recherche de l’ANR Globalvat (2022-2025), est l’occasion d’interroger en profondeur l’Année sainte. Le miroir français est en premier lieu celui de Rome (colonies, autorités et pèlerins), mais il se comprend également comme celui de la réception nationale (qui, en 1950, est également coloniale) de l’événement jubilaire. Archives publiques, archives religieuses, archives privées (journaux personnels, albums photographiques), sources imprimées permettent de fixer les regards à hauteur d’acteurs et d’institutions.

L’idée est de croiser les grands thèmes de l’Année jubilaire avec les grands enjeux ecclésiaux, politiques et culturels français. La borne de 1948 (début de la préparation à l’Année sainte) et de 1954 (clôture par l’Année mariale) semble pertinente pour donner sa cohérence à la journée d’étude. Dans ce cadre, trois grands axes sont donc envisagés pour l’appel à communications :

Axe 1 L’Année sainte, triomphe absolu de la tradition ?

Le pari d’une dynamique de la tradition impulsée par l’Année sainte n’est pas risqué. Bien des éléments le démontrent qu’il s’agira d’illustrer et de documenter. La victoire des réseaux mariaux, intégristes, thomistes, ceux d’Action catholique générale sur ses adversaires français (réseaux missionnaires et progressistes, théologie nouvelle, Action catholique spécialisée, pastorale) peut-elle être renseignée et mieux évaluée ? Qu’en est-il par exemple des dénonciations à Rome (Saint-Office par exemple) concernant les prêtres ouvriers et d’autres ? Ou convient-il de privilégier un déséquilibre des forces provoqué par l’élan général ? La Rome jubilaire est-elle un théâtre perdu pour tout ce qui ne situe pas dans la tradition ? Divers indices (on pense à la querelle de l’Art sacré et de l’exposition organisée par les dominicains Régamey et Couturier) font penser que l’affrontement, loin d’être caché, est également un des ressorts des célébrations romaines. De même, la rivalité avec l’Espagne autoritaire et franquiste, qui se fixe par exemple sur la compétition du nombre de pèlerins à Rome, offrirait une étude de cas intéressante.

Axe 2 L’Année sainte et ses enjeux politiques

Année préélectorale, 1950 connaît une compétition forcenée entre démocrates-chrétiens alors au pouvoir et gaullistes qui aspirent à le conquérir. La question scolaire en témoigne. Comment cela se manifeste-t-il à Rome, auprès du Saint-Siège ? Quels sont les jeux d’influence et les événements qui en témoignent, y compris en France. Le champ peut être élargi à la question sociale et à l’anticommunisme (patronat chrétien par exemple) ou colonial (guerre d’Indochine). En quoi la thématique jubilaire et romaine du Grand Pardon se trouve-t-elle- liée à la loi d’amnistie de 1951, soldant les comptes de l’épuration l’année même de la mort de Pétain et après des prises de position (Desgranges, Rémy) soutenues à Rome ?

Axe 3 Pie XII comme sujet et récit français du Pèlerinage romain

La question des modalités du pèlerinage “moderne” -–films/radio/publicité/train-avion-autocars – mérite d’être posée. L’audience du pape, les cérémonies de masse, la dévotion pontificale, mais aussi des événements plus mondains et restreints valent d’être interrogés. Quels sont les présents que l’on offre au pape ? Quels sont les souvenirs qu’on ramène du séjour romain ? À la croisée de l’intime, des pratiques familiales et du récit institutionnel, c’est bien la mémoire et la représentation de l’événement qui méritent éclairage et approfondissement. S’ajoute particulièrement l’intérêt du portrait pacellien tel qu’il peut s’établir dans les médias, la presse en particulier (y compris la presse illustrée avec le récit de l’apparition de la Vierge de Fátima après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception), le récit littéraire, fictionnel, épistolaire ou intime. Ce serait l’occasion de privilégier ici les acteurs français de l’Année sainte et de la relation pontificale en général (Mgr Fontenelle, promoteur du jubilé, l’ambassadeur Wladimir d’Ormesson et son conseiller, Darsy, Paul Claudel, Maurice Feltin, archevêque de Paris mais pas encore cardinal, néo président international de Pax Christi…) Enfin, le point de vue français sur le mode de gouvernement pontifical, tel qu’il s’exprime durant ces années jubilaires, est un thème à creuser.

Organisation

Frédéric Le Moigne (université de Brest, CRBC)

Comité scientifique :

Xavier Boniface (université de Picardie)

Fabrice Bouthillon (université de Brest)

Olivier Chatelan (université Lyon 3)

Marie Levant (École française de Rome et institut français du Proche-Orient)

Laura Pettinaroli (École française de Rome)

Christian Sorrel (université Lyon 2)

Yvon Tranvouez (université de Brest)

Les propositions de communication (300 mots maximum) seront envoyées avant le 1erjuin 2024 à l’adresse : FredericLeMoigne@univ-brest.fr



Citer ce billet
audreyvirot (2024, 4 mars). Appel à contributions : L’Année sainte 1950. Enjeux français. Pie XII : un pontificat en archives. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy7f

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search