Aussi bonne que Rose de Lima, aussi belle que Délia Garcés

Deuxième séance du séminaire d’Images Re-vues 2022-2023 :
Le 10 février 2023, 16h-18h

Alysée Le Druillenec

En 1946, le cinéaste argentin Alberto de Zavalía (1911-1988) réalisa un film dans lequel Délia
Garcés joua le rôle principal : Rosa de America qui connut un succès immédiat au box-office lorsqu’il
sortit en salle à Buenos Aires. Ce film parut dans le contexte politique exceptionnel de la prise du
pouvoir par Juan Domingo Perón. Si Rose de Lima est la sainte patronne de l’Amérique du Sud et que
le choix de Délia Garcés a été crucial dans les effets que la figure rosaline a joué chez les femmes de
toute une génération de spectatrices qui voulaient devenir « aussi bonne que Rose de Lima afin d’être
aussi belle que Délia Garcés » (Olivia M. Espín), il appert que Rose était également la sainte patronne
de celle qui développa la part charismatique du péronisme, Eva Perón. Or, à cette époque, pour tout
Argentin, le visage de la sainte était celui de Délia Garcés, c’est-à-dire d’une figure résistante au
régime de Perón, exilée au Mexique avec Alberto de Zavalía, fondateur de l’association des Directores
Argentinos Cinematográphicos.
Ce biopic serait presque en ce sens une allégorèse, sinon une allégorie du concept d’« altérité » car au
sein de ce jeu d’imbrication de la figure de l’Autre et d’entrelacement entre arts, spiritualité et
politique, peuvent se poser ces questions : en quoi le jeu de l’actrice peut-il être considéré comme
l’“imitation” de la sainte ? Quels sont les rapports possibles entre ce phénomène d’imitation et de
positionnement politique ? Quelles sont les stratégies visuelles mises en œuvre pour provoquer chez le
spectateur la volonté de tendre vers la bonté de Rose et la beauté de Délia Garcés ? Quels sont les
rapprochements et les écarts de ces stratégies par rapport aux encycliques de Pie XI (Vigilanti cura,
1936) et de Pie XII (Miranda Prorsus, 1957) ? Enfin, dans quelle mesure l’assimilation du spectateur
à l’actrice/la sainte touche-t-elle à l’habitus, la disposition de l’âme, de celui-ci ?

Alysée Le Druillenec prépare une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’Université Paris 1 –Panthéon-Sorbonne et à
l’Université Catholique de Louvain sous la direction d’Étienne Jollet et de Ralph Dekoninck. Elle est l’auteure du livre
Beatus Christophorus : saint Christophe à la Renaissance dans les églises de l’Eure (Nonant, 2020) co-écrit avec Nicolas
Trotin, d’articles parus dans les revues Perspective, Histoire de l’art et Chrétien et Sociétés XVIe-XIXe siècles. Elle a
également publié dans les actes du colloque Ornamenta Sacra : Late Medieval and Early-Modern Liturgical Objects in a
European Context (Leuven, Brepols, 2022) et Études et exercices polysémiques autour de La France apportant la Foi aux
Wendats de la Nouvelle-France (Presses Universitaire de Laval, Montréal, 2023). Elle est actuellement chercheur invité au
Leiden University Center for Arts in Society



Citer ce billet
maddalenacataldi (2023, 9 février). Aussi bonne que Rose de Lima, aussi belle que Délia Garcés. Pie XII : un pontificat en archives. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/clec

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search